Qu’est-ce que l’économie ?

L’origine du mot économie, qui vient du grec « s’occuper de sa maison », indique la nécessité de rechercher des modèles axés sur le développement durable. L’économie est la science qui analyse la production, la distribution et la consommation de biens et de services. D’un point de vue social, le terme fait référence à l’ensemble des études scientifiques sur l’activité économique, avec la création de théories et de modèles. Ceux-ci peuvent à leur tour être appliqués à la gestion économique, qui est l’aspect pratique de cette science. Le mot « économie » est utilisé de manière générique pour désigner la situation économique et les actions entreprises par un pays pour accroître sa richesse ou réduire la pauvreté. Cependant, il trouve son origine dans la combinaison des termes grecs oikos, qui signifie maison, et nomos, qui signifie gérer ou administrer. Ainsi, le « soin de la maison » est à la base de l’économie. D’où la nécessité de rechercher des modèles économiques qui prennent soin de la maison humaine, la Terre, afin que notre espèce puisse se développer de manière durable. Généralement divisée en deux branches, elle applique ses connaissances à l’analyse et à la gestion des types d’organisations humaines les plus variés, des entités publiques aux secteurs commerciaux. La microéconomie et la macroéconomie étudient respectivement les comportements individuels et leurs résultats globaux. Afin d’analyser tous ces groupes d’actions possibles et de prédire les mesures à prendre par les gouvernements et les entreprises, diverses formes d’économie ont été créées, telles que l’économie durable, l’économie circulaire, l’économie créative, etc. Découvrez les modèles économiques qui prônent le développement durable comme alternative au modèle actuel de croissance économique à tout prix.

Économie durable

Le concept d’économie durable est vaste et fait l’objet de diverses approches. En général, il est défini comme un ensemble de pratiques qui prennent en compte non seulement le profit, mais aussi la qualité de vie des individus et l’harmonie avec la nature. Une économie durable est une économie qui axe sa croissance sur le bien-être des êtres humains, en les plaçant au centre du processus de développement. Le modèle préconise que l’être humain n’a plus de prix à payer pour être doté de dignité. La capacité de la nature à se régénérer est également considérée comme un atout à préserver pour la poursuite même de l’activité économique.

Circulaire

L’économie circulaire propose la réutilisation systématique de tout ce qui est produit. Le concept s’appuie sur l’intelligence de la nature, opposant le processus de production linéaire au processus circulaire, dans lequel les déchets sont un intrant pour la production de nouveaux produits. Dans l’environnement, les restes de fruits mangés par les animaux se décomposent et deviennent des engrais pour les plantes.

Ce concept est également appelé « cradle to cradle » (du berceau au berceau), où il n’y a pas de notion de déchets et où tout est continuellement nourri pour un nouveau cycle. Le système de l’économie circulaire a rassemblé divers concepts créés au cours du siècle dernier. Il s’agit par exemple de la conception régénératrice, de l’économie de la performance, de l’écologie industrielle, du biomimétisme, de l’économie bleue et de la biologie synthétique. Contrairement à la science conventionnelle, qui concerne l’impôt sur le revenu, la fiscalité et d’autres facteurs, ce type de science se concentre sur le système de production.

Économie créative

L’économie créative est une nouvelle forme d’économie en plein essor dans le monde d’aujourd’hui. Comme son nom l’indique, elle consiste à générer de la valeur grâce à la créativité. Il s’agit de biens et de services basés sur le capital intellectuel et culturel et qui cherchent à améliorer, à innover ou à résoudre des problèmes. Vendre des expériences est l’une des devises de l’économie créative, comme l’explique le chercheur anglais John Howkins, l’un des plus grands experts en la matière. La liberté est l’une des conditions nécessaires à l’émergence de la créativité, permettant de développer de nouveaux produits en réponse à des demandes ou des intérêts spécifiques.

Solidarité

L’économie solidaire est un mode de gestion autonome des ressources humaines et naturelles qui permet de réduire les inégalités sociales à moyen et long terme. Ce modèle repense le rapport au profit, en transformant tout le travail généré en un bénéfice pour la société, et non une partie seulement. Dans l’économie capitaliste, les gagnants accumulent les avantages et les perdants les désavantages pour les compétitions futures. L’idée qui sous-tend ce modèle est que la solidarité et la coopération entre les personnes et les entreprises remplacent la concurrence, de sorte que tout le monde puisse grandir ensemble.

Collaborative

Également connue sous le nom d’économie de partage ou de réseau, l’économie collaborative repose sur la règle du partage plutôt que de l’accumulation. Le modèle cherche à faciliter l’échange de produits et de services, sans se focaliser autant sur le profit. Si l’idée de partager des objets et des connaissances n’est pas nouvelle, elle s’est répandue à partir de 2008 grâce à l’internet. Cette évolution a modifié notre perception des entreprises traditionnelles et de l’économie dans son ensemble.

Régénératrice

L’économie régénérative est une proposition théorique qui s’inscrit dans la lignée du système capitaliste actuel, mais qui suggère des changements dans la manière d’évaluer les choses. L’économie régénérative prend en compte la valeur économique des capitaux originels que sont la terre et le soleil. Elle propose donc de restreindre l’accès à ces capitaux originels afin d’éviter leur raréfaction.

L’économie verte est définie par le PNUE comme « une économie qui se traduit par une amélioration du bien-être humain et de l’égalité sociale, tout en réduisant les risques environnementaux et la pénurie écologique ».

Les caractéristiques prédominantes de ce modèle sont les suivantes : faible émission de carbone, efficacité dans l’utilisation des ressources naturelles et inclusion sociale. La consommation consciente, le recyclage, la réutilisation des biens, l’utilisation d’énergies propres et la valorisation de la biodiversité font tous partie du projet d’économie verte.

D’un point de vue commercial, les B Corporations sont une application pratique et un exemple qu’il est possible de construire un nouveau système commercial durable. Au niveau individuel, de petites actions contribuent à construire et à valoriser des modèles économiques plus justes pour les personnes et l’environnement.

En 2008, l’économie affective a été décrite dans le livre « Convergence culture : where old and new media collide », de Henry Jenkins, comme « une nouvelle configuration de la théorie du marketing, encore un peu en marge mais qui gagne du terrain dans l’industrie des médias ».

Elle cherche à comprendre les fondements émotionnels de la prise de décision des consommateurs en tant que force motrice des décisions de visionnage et d’achat ». Dans le domaine du marketing, il s’agit d’une théorie basée sur l’impulsion émotionnelle visant à attirer les gens et à influencer la consommation par le biais d’une connexion plus profonde et plus émotionnelle entre le consommateur et le produit.

Économie de la nostalgie

L’économie de la nostalgie est un phénomène catégorisé par la consommation de produits qui provoquent des sentiments de mémoire émotionnelle. Elle est largement utilisée par l’industrie pour stimuler les marques et la création de nouveaux produits.